Il arrive fréquemment que les justiciables s'imaginent qu'entrer en contact avec un avocat va engendrer des frais qu'ils imaginent chers, ou à tout le moins, que leurs financent leur interdisent.

En minimisant les tenants et aboutissants de leurs problématiques juridiques qu'ils confrontent à ce qu'ils pensent qu'elles engendreront en honoraires d'avocats, les justiciables en arrivent ainsi fréquemment à la conclusion qu'en se dispensant de recourir aux services d'un avocat, ils réaliseront des économies.

Malheureusement il arrive fréquemment que ce type d'arbitrage s'avère beaucoup plus couteux à plus ou moins long terme, les justiciables
n'ayant pas su au mieux préserver leurs intérêts faute d'avoir bénéficié de conseils au(x) moment(s) opportun(s).

Or, les nouveaux moyen de communication permettent désormais de rapidement recourir aux services d'un professionnel du droit tel qu'un avocat, pour lui exposer brièvement une situation et s'en entretenir avec lui pour déterminer la marche à suivre.

Cela constitue assurément un moyen pour les justiciables ne souhaitant pas supporter les coûts correspondant à la gestion d'un entier dossier par un avocat, de bénéficier
de conseils a minima qui peuvent s’avérer salutaires.

Il faut cependant garder à l'esprit que la démarche consistant à ne pas saisir un avocat d'un entier dossier prive ce dernier de la possibilité d'en apprécier lui même l’intégralité. Il appartient donc au justiciable de lui indiquer le plus clairement possible les éléments correspondant à ses interrogations, pour bénéficier des conseils les plus adaptés à sa situation.